Ton navigateur ne lit pas le javascript, le contenu du site est donc éronné, domage...
Newsletter : 
Recherche :
Tu es ici : DechiChulien /biographie

Ma biographie

Il était une fois un jeune homme, dont l'ambition première était de devenir batteur.

Très précoce pour son âge avancé, il intégra un groupe dont les autres membres n'étaient jamais présents, mis à part sa chère et fidèle soeur.

Ce groupe hors norme, primé à de nombreux Awards et salué par la critique internationale se nommait KRONIMUS. Seuls quelques exégètes bien informés connaissaient la signification septentrionnale du nom de cette formation de rock'n'roll, mélangeant différents styles de metal.

Suite aux problèmes d'alcoolisme d'un des membres anonymes du groupe, Dechichulien rejoignis les Mon Cul !, qui à cette époque reculée n'avait à leur repertoire qu'une reprise des Amis d'ta Femme.

C'est là, qu'arrivé du néant tel du pâté dans le couscous, Fouf fit son apparition dans un halo de lumière bleutée. Il créa une musique éléctronique à base de song très rechercher pour les "mon cul", se qui inspira Dechichulien à faire de la musique éléctronique

Inspiré par les Sagesses Antiques des plus grand philosophes platoniciens, Dechichulien créa sa première véritable Oeuvre, en l'occurence un morceau iconoclaste basé sur une rythmique techno hors norme, et dont seules quelques oreilles pointues et initiées furent à même de l'apprécier à sa juste valeur. C'est pourquoi, afin de le rendre plus abordable pour le grand public, la Grande Chorale de Maitre Dechichulien posa ses voix dessus.

Le morceau fût un chef d'oeuvre incontournable de la pensée et de l'art contemporain. Une révolution musicale venait de naître. Déchi était né ! Les sentiers de la gloire se traçaient face à lui, et le regard hagard, il fixait droit dans les yeux le soleil qui illumminait sa carrière déjà fort prometteuse.

Un jour, son téléphone portable sonna. A la nonantième sonnerie, il décrocha. Au bout du fil, un dénommé Ricardo, ancien pontife de la mafia sicilienne, lui donna rendez-vous dans un endroit secret afin de lui remettre un objet rare et précieux, que peu de gens sur cette planète se devait de posséder. Dechichulien accepta et reçu des mains de son ami un programme informatique, dont le nom de code était FL STUDIO, et que seul lui pouvait mettre en application grâce à un sort jeté par une sorcière le jour de sa naissance.

Tel Beethoven, le grand Déchi se mit à composer. Il n'est pas inutuile d'ouvrir ici une parenthèse afin d'informer les fans de la première heure que son nom de scène, à l'époque, fut DJ JULIEN, et que la puissance sonore qui émanait de ses morceaux surhumains ne se limitait qu'à des mélodies sans paroles ou des remixages de soupes aux choux.

Dechichulien cherchait encore son style, expérimentait diverses mouvances artistiques, et entre deux cubis de Vieux Papes, une illumination celeste se présenta à lui : il quémanda à son ex-copine des paroles afin de créer un nouveau style de hip-hop transcendant le style même des ghettos de Chicago. N'ayant pas encore en ce temps là suivi les cours du Conservatoire Municipal d'Hangviller et donc par définition ne sachant pas chanter, il jugea que le rap était une alternative de bonne augure

Diffusé en boucle sur les radios indépendantes du Wisconsin et du Quebec, ce morceau (intitulé "Les Pouffes") connu un succès sans précédent depuis l'invention du rock'n'roll. Son impressario, au vu de la médiatisation à laquelle il était exposé, lui suggéra alors de remplacer son nom de scène (DJ JULIEN) par DECHICHULIEN. Une star était née....

Les tubes de l'été s'enchainèrent sur la bande FM ("Alachachin"," Yodel Mix", "Alcolo", "Baise Party") et les ménagères de moins de 50 ans se ruaient au Prisunic du coin pour acquérir ses vinyles, devenus aujourd'hui d'introuvables collectors... au point que certains prétendent même qu'ils n'aient jamais existés, et que seules les légendes leurs aient prêté vie.

Irrigué par les flux de l'Art qui coulait en ses veines, Déchi réalisa lui-même les propres vidéos de ses chansons, mais la séparation avec son ex le plongea dans une torpeur intense. Il sombra dans les abus les plus divers et la musique n'était plus au goût du jour pour cet être déchu.


La presse internationale l'annonçait pour mort, et certains tabloids poussèrent même le vice à publier des photos de son enterrement au Père Lachaise. Ses fidèles se recueillaient tous les ans lors d'un pellerinage en sa mémoire au PMU du coin, quand soudainement un miracle se produit !
Tel le phoenix renaissant de ses cendres, Déchi réapparut au grand jour, venant tout droit d'un voyage dans l'espace, là où il avait rencontré des aliens très sexy avec 3 nichons.

Le monde entier fut en émoi et un jour férié supplémentaire fut accordé au peuple par le Président en l'honneur de ce grand artiste ressucité.

Lors d'un apéro, il fit la rencontre du grand poète Big Zim, et ce dernier, surpassé par le talent extraordinaire de Dechichulien se proposa de lui écrire une nouvelle chanson afin de faire revivre cette star tant adulée. Il écrivit pour lui le fameux "Yodel Bier Festival", morceau qui allait relancer la carrière dorée de Déchi.

Depuis ce jour, la légende continue...

Un grand merci à BIG ZIM pour cette biographie.







Partager
Copyright 2017 dechichulien.com Executé en 0.0631 sec.
En ligne : 6 | Aujourd'hui : 435 | Total : 71561